ERCO au service d'un concept d'exposition glamour : le musée Yves Saint Laurent à Marrakech

  • Publié le
  • Par LumiGroup
  • 0
ERCO au service d'un concept d'exposition glamour : le musée Yves Saint Laurent à Marrakech

Le musée Yves Saint Laurent récemment inauguré à Marrakech apparaît comme un joyau de l'architecture muséale contemporaine. À l'intérieur du bâtiment monolithique en brique conçu par Studio KO, le visiteur est surpris par un concept d'exposition spectaculaire qui évoque la scène et le théâtre. La technique d'éclairage LED ERCO met en valeur les couleurs et les textures des modèles haute couture emblématiques d'Yves Saint Laurent présentés dans une salle entièrement noire.



À l'extérieur, l'air vibre sous l'effet de la chaleur du soleil nord-africain qui, dès les premières heures du matin, baigne d'une lumière rosée la façade en brique du nouveau musée de la Rue Yves Saint Laurent. La ville de Marrakech, située dans le sud-ouest du Maroc, est célèbre pour ses maisons qui déclinent toutes les nuances de rose, de rouge et de terre cuite. Avec sa base en granito et sa façade en brique ouvragée, l'extérieur de l'édifice de grande classe bas et longiligne du musée Yves Saint Laurent respecte cette palette de couleurs typique ainsi que la tradition architecturale arabe qui consiste à se protéger des regards extérieurs. Sur la façade en relief, les architectes de Studio KO magnifient les jeux d'ombres et de lumières complexes que fait naître le soleil marocain.

Le duo d'architectes de Studio KO a conçu un musée sur mesure pour abriter les modèles haute couture d'Yves Saint Laurent, un bâtiment aussi fluide et complexe que les créations du couturier. Les différents motifs de pose des briques égaient la façade sans fenêtres en formant des structures qui rappellent la chaîne et la trame d'une étoffe et créent un complexe jeu d'ombres sous le soleil marocain.
Le duo d'architectes de Studio KO a conçu un musée sur mesure pour abriter les modèles haute couture d'Yves Saint Laurent, un bâtiment aussi fluide et complexe que les créations du couturier. Les différents motifs de pose des briques égaient la façade sans fenêtres en formant des structures qui rappellent la chaîne et la trame d'une étoffe et créent un complexe jeu d'ombres sous le soleil marocain.


À l'intérieur, une salle d'exposition entièrement noire forme un écrin où sont présentées les pièces maîtresses du créateur de génie Yves Saint Laurent. Et un concept scénographique sublime le luxe et la diversité des croquis haute couture du créateur décédé en 2008, considéré comme l'un des couturiers les plus influents du XXe siècle. Une sélection de cinquante créations, présentées sur des mannequins qui donnent l'impression d'être les acteurs d'une pièce de théâtre, font face au visiteur, surgissant de l'obscurité la plus totale grâce à un éclairage spectaculaire.

Dans « l'écrin noir », la salle d'exposition principale du nouveau musée, l'éclairage accentué des projecteurs contours Optec fait ressortir les somptueuses créations en modelant et en délimitant nettement les couleurs et les textures, les broderies, les volants et les drapés. Cette forme d'éclairage, qui « dramatise » la mise en scène, témoigne de la relation qui unit Christophe Martin au théâtre.
Dans « l'écrin noir », la salle d'exposition principale du nouveau musée, l'éclairage accentué des projecteurs contours Optec fait ressortir les somptueuses créations en modelant et en délimitant nettement les couleurs et les textures, les broderies, les volants et les drapés. Cette forme d'éclairage, qui « dramatise » la mise en scène, témoigne de la relation qui unit Christophe Martin au théâtre.




La salle d'exposition permanente du musée est l'œuvre de l'architecte et scénographe français Christophe Martin. À la demande de Pierre Bergé et de Yves Saint Laurent, il a conçu, en 2005, l'exposition le « smoking » dédiée au premier et célèbre tailleur-pantalon pour femmes. Suivirent 15 projets basés sur une étroite collaboration de tous. L'exposition conçue par Christophe Martin pour le musée Yves Saint Laurent à Marrakech donne un aperçu complet de la vie et de l'œuvre du couturier, qui, après avoir découvert en 1966 le Maroc avec Pierre Bergé, son compagnon dans la vie et dans les affaires, décida spontanément d'acheter une maison sur place. La « ville rouge » devint alors la seconde résidence en plus de Paris – et la principale source d'inspiration – du créateur parisien. Christophe Martin a délibérément choisi de ne pas mettre en scène une rétrospective classique dans le nouveau musée de Marrakech. Il compare plutôt le parcours dans la salle d'exposition principale toute noire à un voyage à travers la tête et l'esprit du créateur de génie, où il associe des bijoux et des accessoires à des modèles emblématiques, représentatifs d'une quarantaine d'années de création (1961-2002), pour créer un spectacle luxueux, colorée et complexe. Pour des raisons conservatrices, les œuvres présentées sont remplacées à intervalles réguliers par d'autres modèles haute couture de la collection de la Fondation Pierre Bergé, qui compte au total plus de 3 000 pièces. Cette mesure permet de ne pas exposer trop longtemps ces merveilles tout en filigrane au regard du public et à la foule des visiteurs. C'est pour ces mêmes raisons que la technique LED a été choisie pour l'éclairage. Akari-Lisa Ishii, la responsable de la conception lumière qui a traduit le concept scénographique de Christophe Martin en appareils d'éclairage LED ERCO, explique : « Les LED n'émettent presque pas de rayonnement thermique et UV, ce qui constitue un atout majeur lors de la mise en lumière des textiles sensibles et très précieux. »



Les pièces exposées, nettement délimitées par les projecteurs contours Optec qui les éclairent, créent une véritable explosion de couleurs au milieu de l'obscurité

Le visiteur venant de la rue accède au foyer du musée par l'étroite allée entre des murs en brique et la cour d'entrée, baignée de soleil, présentant un logo YSL à hauteur d'homme – mis en scène de manière spectaculaire, à la tombée de la nuit, au moyen de deux projecteurs Beamer. Il est ensuite guidé, sur la droite, vers la salle d'exposition permanente.
Ici une obscurité totale l'accueille au premier abord. « Ce contraste entre le clair et l'obscur, entre l'extérieur et l'intérieur, était un élément essentiel lors de la conception de cette salle, explique Christophe Martin. Le visiteur, qui se retrouve hors du monde et hors du temps, pénètre dans un univers complètement différent, l'univers d'Yves Saint Laurent. » Dans l'entrée, un élément accrocheur accentué par l'éclairage de deux projecteurs contours LED Optec attire le regard : c'est la célèbre « robe Mondrian » de 1965, qui semble surgir des ténèbres. Avec ses couleurs et sa géométrie, elle apporte un effet de surprise dans l'écrin noir. Les cinquante modèles exposés sur des mannequins dans cette salle sont articulés autour des thèmes majeurs de l'œuvre d'Yves Saint Laurent. L'éclairage accentué à l'aide de projecteurs contours Optec modèle et délimite nettement les textures, les broderies, les volants et les drapés, faisant même ressortir les vêtements noirs sur fond noir.

Inspiré de la tradition architecturale arabe, ce musée introverti s'ouvre sur des cours intérieures ouvragées. Le visiteur qui vient de la rue passe par une allée étroite pour accéder à la cour ronde, où prédomine le grand logo YSL placé sur un panneau mural vitré central. À la tombée de la nuit, le logo est mis en scène de manière spectaculaire par deux projecteurs Beamer équipés chacun de modules LED de 12 W chacun. Deux projecteurs Lightscan installés à hauteur de corniche éclairent le mur extérieur rond du musée, l'un avec une lumière blanche neutre (4000 K), l'autre avec une lumière blanche chaude (3000 K), créant un doux effet clair de lune.
Inspiré de la tradition architecturale arabe, ce musée introverti s'ouvre sur des cours intérieures ouvragées. Le visiteur qui vient de la rue passe par une allée étroite pour accéder à la cour ronde, où prédomine le grand logo YSL placé sur un panneau mural vitré central. À la tombée de la nuit, le logo est mis en scène de manière spectaculaire par deux projecteurs Beamer équipés chacun de modules LED de 12 W chacun. Deux projecteurs Lightscan installés à hauteur de corniche éclairent le mur extérieur rond du musée, l'un avec une lumière blanche neutre (4000 K), l'autre avec une lumière blanche chaude (3000 K), créant un doux effet clair de lune.

Les œuvres maîtresses du génie créatif Yves Saint Laurent bénéficient d'une mise en lumière spectaculaire et d'une mise en scène opulente dans la salle d'exposition entièrement noire.
Les œuvres maîtresses du génie créatif Yves Saint Laurent bénéficient d'une mise en lumière spectaculaire et d'une mise en scène opulente dans la salle d'exposition entièrement noire.


Cette forme d'éclairage, qui « dramatise » la mise en scène, témoigne de la relation qui unit Christophe Martin au théâtre. Après avoir terminé ses études d'architecture, il a travaillé pendant plus de douze ans à la création de décors d'opéra et de théâtre, en étroite collaboration avec le célèbre metteur en scène, artiste de théâtre et vidéaste américain Robert Wilson. Le confort visuel, extrêmement important pour les spectateurs qui assistent à un opéra ou à une pièce de théâtre, l'est tout autant pour les visiteurs d'un musée. La précision de la technique d'éclairage LED de ERCO garantit ce confort visuel élevé dans l'espace réservé à l'exposition, tout en évitant que les visiteurs du musée ne soient éblouis. « Pour moi, la lumière est l'élément le plus important d'une scénographie », explique Christophe Martin.
« Il est essentiel que les différentes pièces exposées soient parfaitement éclairées pour que l'ensemble de la mise en scène produise l'effet voulu. »






article original publié par Erco Lighting

Commentaires

Écrivez le premier commentaire...

Laisser un commentaire
* Votre adresse courriel ne sera pas publiée
* Champs obligatoires